Biodégradable: clairement expliqué

/, Nouvelles/Biodégradable: clairement expliqué

Beaucoup de gens adoptent rapidement le terme «biodégradable», mais, en règle générale, leur déduction n’est pas conforme à la réalité. Comment? « Biodégradable » est biodégradable, n’est-ce pas ? Ce n’est quand-même pas si difficile? Hmm, essayons d’expliquer clairement.

Définition

La biodégradation est un processus biochimique complexe dans lequel les micro-organismes convertissent les matières organiques en eau, en énergie et en biomasse (humus, compost). Au cours de ce processus, ils dégagent également du CO2.

Un peu plus facile à dire: par la biodégradation, les déchets organiques «retournent à la nature». En effet, les micro-organismes (bactéries, champignons, petits insectes) décomposent les déchets organiques en petits morceaux afin qu’ils puissent s’en nourrir. Cette nourriture leur donne l’énergie de vivre et de se reproduire. Le produit résiduel est, en plus de l’eau, de la biomasse appelée humus, compost, etc., selon le cas. Cette biomasse enrichit alors le sol, de sorte que les plantes peuvent pousser de façon luxuriante.

Beaucoup concluent que si un produit est nommé biodégradable une fois, ce sera toujours et partout le cas. Et qu’ainsi, ils sont autorisés à le laisser traîner dans la nature ou à le creuser dans le sol ou à le jeter à la mer. Mais ce n’est absolument pas le cas!

Parfois, parfois non …

Et maintenant ça devient confus! La biodégradation ne se produit pas toujours partout et à tout moment. Que cela arrive et à quelle vitesse cela se passe, dépend de nombreux facteurs.

Étudions l’exemple suivant? Un arbre tombe dans la forêt. Après plusieurs décennies, il a complètement péri. Donc, le bois est biodégradable, disons. Mais si ce même arbre avait été abattu pour faire un bateau en bois qui avait coulé dans la mer Méditerranée à l’époque des anciens Grecs, nous pouvons parfois encore le retrouver aujourd’hui – 3000 ans plus tard – au fond de la mer. Le bois est-il encore biodégradable, alors?

Le même matériau peut montrer donc une certaine biodégradation tellement différente selon l’environnement dans lequel il se trouve. Dans la forêt, il est suffisamment chaud et humide et il y a beaucoup d’oxygène pour permettre aux micro-organismes de se frayer un chemin. Au fond de la mer salée, il peut faire froid et sombre. Les micro-organismes sont complètement différents de ceux de la forêt. Le résultat est que le processus de biodégradation est très différent, en particulier beaucoup plus lent.

Attention fournie …

Par conséquent, le mot «biodégradable» doit être utilisé avec précaution, car ce qui se passe dans le sol, par exemple, ne le fait pas nécessairement dans la mer. Ce qui se dégrade rapidement dans une installation industrielle de compost ne le fait pas forcément dans un tas de compost à la maison dans la même période de temps.

On suppose trop vite que «biodégradable» signifie que quelque chose disparaît dans la nature en un rien de temps, mais ce n’est pas le cas. Les feuilles de chêne, de hêtre ou de châtaigne ont besoin de plus d’un an pour périr. Une peau d’orange prend même 2 ans.

Législation belge unique

Juste à cause de cette situation confuse, il est interdit en Belgique par arrêté royal d’appeler des produits « dégradables » ou biodégradables « . Avec cela, notre pays prend une position unique dans le monde. Notre gouvernement mérite des compliments pour protéger sa population contre les commerçants trop zélés, qui veulent marquer rapidement avec le mot «biodégradable».

Dans un proche avenir, nous allons expliquer quelques autres termes fréquemment et parfois mal utilisés.

2018-05-29T19:45:21+00:0029 mai 2018|

Pannier